+33(0)6 62 49 14 63 • +33(0)3 52 84 01 29 • contact

Antilles- Le marin/Les grenadines

GRENADINES sur CATANA 47 (10 personnes, 10 jours, novembre 2011)

Le premier jour : livraison de l’avitaillement, démarches administratives (il faut déclarer la sortie des eaux françaises). Prise en main du bateau CATANA 47, magnifique catamaran, tout est parfait :

L’aménagement intérieur :

Les cabines spacieuses, la présence d’un cabinet de toilettes par cabine, un réfrigérateur et un congélateur (ce qui nous permettra de stocker de la viande pour les dix jours) et même un micro onde bien pratique pour réchauffer les aliments de Bébé.

Le confort :

Désalinisateur (environ une centaine de litres d’eau douce produite par heure qui permet d’être complètement autonome), la capacité des deux réservoirs gasoil (environ 800 L au total), un double circuit d’eau douce, un moteur par coque (7nds au moteur, des manœuvres à la portée de tous), un climatiseur (jamais utilisé sauf pour permettre à notre bébé de trouver le sommeil durant une sieste).

Le grément :

Une grande voile lattée (qui se range toute seule dans son lazzy bag, avec un winch électrique pour la hisser), un génois sur enrouleur, et un gennaker également sur enrouleur. Avec 15 nœuds de vent, le bateau file à plus de 10 nœuds, cela permet de raccourcir considérablement les distances.

Les aménagements extérieurs :

De multiples coffres qui nous ont permis de partir à 10 personnes pour 10 jours sans avoir à refaire des courses (à l’exception des fruits et légumes). Des rideaux qui permettent d’avoir un peu d’ombre au niveau du cockpit (le soleil se lève tôt et commence très rapidement à chauffer). Un trampoline qui permet d’admirer l’eau s’écouler entre les coques et le ballet des dauphins.

1er jour :

Départ vers 13H, pour Sainte Lucie, baie de La Raye (35 mn parcourus en 4H environ) première opération plouf plouf (c’est ainsi que l’on nommait à bord, les baignades depuis le bord), puis on se déplace pour passer la nuit dans la baie de Marigot (mouillage sur coffre, un local vient toujours pour passer l’amarre dans l’anneau du corps mort).

2ème jour :

Départ de très bonne heure pour Bequia (65 mn), escale obligée avant les Grenadines. Démarches administratives. On profite de la baie, des commerces locaux (tee shirt, cartes postales, fruits locaux, …), et on dine dans un restaurant que nous a conseillé le comite d’accueil (qui reviendra le lendemain à l’heure que nous avons choisi nous apporter le pain frais).

3ème jour :

Départ pour Mayereau (25 mn) en fin de matinée. Nous arrivons dans l’après midi, dans Salt Whistle Bay située au nord de l’île. Il parait qu’un hôtel prestigieux se cache au mileu des palmiers, mais impossible à deviner. On aperçoit simplement une baie bien protégée avec une plage de sable blanc dont nous profitons pleinement, certains se mettrons à l’ombre des palmiers. On réserve notre soirée du lendemain.

4ème jour :

Départ pour Petit Bateau (une demi heure de moteur), nous voici au mouillage dans les Tobago Cays (certains comparent l’endroit à la Polynésie). Nous avons une plage que pour nous, les enfants nagent en admirant des tortues sous marines, c’est l’extase. Sur cette petite ile, se cachent au milieu des herbes des iguanes. Avec l’annexe, nous partons plonger sur la barrière de corail, nous avons la tête et les yeux dans un véritable aquarium. Puis retour à Mayerau, notre mouillage nous a été réservé, nous descendons tous les dix, pour déguster des langoustes cuites au feu de bois, un avant gout de paradis !

5ème jour :

Nous déplaçons le bateau de Salt Whistle Bay à Saline Bay, un joli ponton en bois sera l’occasion de faire de nombreuses photos. Nous partons visiter la petite église de Père Divonne, située sur le point culminant de l’ile. De la haut, nous avons une magnifique vue sur les Tobago Cays. On serait bien resté plus longtemps sur Mayereau, mais la durée de notre séjour nous conduit à reprendre la mer. Départ pour Morpion, parait il la plus petite île au monde. Tout le monde se prend au jeu d’établir le record du tour de l’île (record à battre 18 s). Nous nous déplaçons en fin d’après midi, pour notre mouillage de la nuit, devant Petit Saint Vincent. Notre lecture de chevet (le guide Patuelli) nous conseille de descendre à terre boire un verre au bar de l’hôtel qui occupe toute l’ile. La motivation manque un peu. Nous admirons le soleil se coucher entre l’ile de Petite Martinique et Petit Saint Vincent. Dans la nuit, un orage passe, nous avons le droit à des rafales à plus de 25 nœuds, l’ancre tient bon, les enfants dorment, seul le skipper semble réveillé.

6ème jour :

Nous devons, par souci de sécurité, malgré l’importante capacité des réservoirs de gasoil faire le plein (en réalité on a consommé un peu moins de la moitié du gasoil dont nous disposons). Nous aurions du faire le plein hier soir, ce qui nous aurait permi de partir un peu plus tôt. La pompe à gasoil est sur l’ïle de Petite Martinique (le point le plus au sud de notre croisière, nous sommes à 140 mn du Marin, notre port de départ en Martinique). Une fois le plein effectué, nous repartons vers le nord. Etant donné la vitesse du bateau, nous arrivons plus tôt que prévu devant Bequia, nous en profitons pour faire une halte devant Petit Nevis. La minuscule plage accueille de nombreux lambis. Il sera difficile d’expliquer aux enfants que l’on ne peut pas rapporter tous ces beaux coquillages dans nos bagages. Nous passons la nuit dans la baie de Port Elizabeth à Bequia.

7ème jour :

Départ de très bonne heure, destination Sainte Lucie. Le bateau navigue depuis longtemps quand les enfants se réveillent progressivement. Nous admirons les deux pitons, deux pointes rocheuses de 700m de haut, quand le comité d’accueil avec un bateau bien coloré, vient à notre rencontre. Nous négocions, notre ballade à terre et toute l’intendance qui va avec (bus pour nous déplacer, objectifs de la visite, l’évacuation des poubelles et le mouillage pour la nuit, situé devant l’hôtel Hilton http://www.jalousieplantation.com). Nous voici partis en mini bus. Pendant que l’on s’occupe des démarches administratives à Beauséjour, les enfants boivent dans une noix de coco à la paille. Première visite, le jardin botanique, nous apprenons beaucoup de choses sur la flore locale. Ensuite nous partons profiter d’une impressionnante cascade, le massage sous la douche est un peu vigoureux. Pause déjeuner dans un petit restaurant local, avant d’aller visiter le cratère d’un volcan et humer les fumeroles de souffre. Retour au bateau en fin d’après midi, tout le monde est ravi de cette grande escapade à terre.

8ème jour :

De bon matin, nous partons avec l’annexe pour nager avec masque et tuba devant Petit Piton, les gorgones sont nombreuses, les poissons affluent (poisson trompette, poisson perroquet, poisson coffre, …) même sans bouteille les fonds marins sont superbes. Ensuite, destination Martinique. Nous aurons la chance de croiser un banc de dauphins, le balai aquatique qui a lieu sous le trampoline conduit un des enfants à déclarer « Maman c’est le plus jour de ma vie ». La météo étant clémente, nous choisissons de mouiller dans le cul de sac des anglais, une baie très fermée et très peu fréquentée. On est seul au mouillage, nous profitons une nouvelle fois de bain en famille. Durant le séjour, les enfants ont pris possession du bateau, qui est devenu un plongeoir pour nos jeunes moussaillons.

9ème jour :

Nous rentrons au port du Marin, nous nous arrêtons à la pompe gasoil, l’équipe technique du loueur prend en charge la seule manœuvre un peu délicate du séjour. De retour sur le territoire français, un passage par la douane est obligatoire. Il faut maintenant se rendre à l’évidence, nous devons abandonner notre compagnon de route TURKHANA. Nous prenons l’avion en fin d’après midi, avec des souvenirs plein la tête et des cartes mémoires d’appareil photo fort remplies qui nous permettront de garder longtemps traces de cette magnifique croisière.

 

En conclusion :

Nous avons laissé de côté de nombreux endroits qui méritent eux aussi le détour (Wallilabou Bay sur Saint Vincent, lieu du tournage du film pirate des caraïbes ; l’ile Moustique et ses superbes demeures …). Nous avons choisi de partir durant les vacances scolaires de Toussaint, car c’est une période pour laquelle les billets d’avion et la location du bateau sont bien moins chers qu’en haute saison qui débute début décembre. Nous avons certes subi quelques orages, cela ne dure jamais plus de 5 minutes, une fois le rafraichissement terminé, le bateau sèche immédiatement. La nuit la température chute un peu (30 à 35°C en journée), mais nous n’avons jamais enfilé autre chose qu’un tee shirt même la nuit. Nous attendons qu’une seule chose : pouvoir y repartir.   

 

>> Proposez nous votre carnet de voyage ! <<

Commentaires

Commentaire(s)

Ecrire un commentaire

Anti SPAM : Combien font 3+3 ?